Histoire de la volaille Chantecler

Cette race a vu le jour en 1908 à la Trappe d’Oka, imaginée par le Révérend Frère Wilfrid. Il s’agit d’une synthèse regroupant les qualités des meilleures races de volailles de l’époque.

À l’instar du cheval Canadien et du bovin Canadien, il développa une poule vraiment adaptée, comme nulle autre, aux rudesses du climat canadien, d’utilité générale et par surcroît, bonne pondeuse en hiver.

Vers 1916, après une vingtaine de générations qui en fixèrent le type primitif, l’objectif fut atteint.

C’est en 1918 qu’une association fut mise sur pied afin d’adopter des règlements stricts d’élevage. Elle fut ensuite présentée au grand public, en 1919, lors de la première conférence canadienne nationale sur la volaille.

Sa renommée se répandit rapidement au point où elle fut homologuée internationalement le 10 août 1921, date où elle fut admise au « Standard of Perfection »de l’American Poultry Association.

Vers le milieu du 20ième siècle, la spécialisation de l’industrie dans l’élevage: soit pour la ponte, soit pour la chair, a vite fait de remplacer cette race qui ne représentait pas la spécification de haute performance de l’un ou de l’autre, mais la capacité moyenne des deux secteurs.

Aujourd’hui, après une étape de quasi disparition de la race Chantecler et grâce aux gens qui l’ont gardée et élevée en ces temps difficile, on voit renaître l’intérêt pour cette race de notre patrimoine Québécois. L’expansion du nombre d’éleveurs et leurs connaissances ne cessent de prendre de l’ampleur et, malgré encore tout le travail à accomplir, nous laisse entrevoir un futur rempli de promesses et de succès.